Une brassée de fleurs

Sur la thématique « les moyens de locomotion », une artiste dessinatrice de Faverges de La Tour; Isabel Maïna, a été sollicitée pour animer un atelier artistique auprès des résidents; dessiner le moyen de locomotion… utilisé pendant leur jeunesse. Des moments intimes et créatifs ont tissé ce premier lien. Les personnes âgées racontaient leurs souvenirs et Isabel mettait en place leurs histoires en dessin avec leur photo collée sur le personnage de l’aventure. Ce voyage a emporté chacun : sur le pont d’un voilier, dans une calèche, au bord de la Méditerranée en traction avant ou faire le tour du lac en bicyclette et survoler le monde en tapis volant.

Fort de ce premier succès, l’année suivante, dans le cadre d’un travail collectif consacré à la décoration des divers murs des réfectoires et des couloirs de notre établissement, un nouvel atelier-dessin a vu le jour : il se décline autour de la thématique des fleurs, prise comme support signalétique des 6 unités de vie : la rose, le bleuet, la marguerite, le coquelicot, la violette, la jonquille. Elles se conjuguent aux six couleurs : rose, bleu, blanc, rouge, violet, jaune. Les résidents sont invités à colorier au pastel des esquisses de fleurs, sur des formats différents. Ces tableaux ont été présentés à tous, lors d’un vernissage lors d’une rencontre avec les familles, puis accrochés dans les couloirs.

Pendant la saison 2016/2017, ce projet s’est poursuivi en invitant les résidents à colorier au pastel des esquisses, autour des petits animaux de la nature, des bois ou des campagnes, déclinés avec la même thématique florale, permettant ainsi aux participants de mettre en couleur, en plus des fleurs; des écureuils, coccinelles, oiseaux, hérissons, grenouilles ou branches de noisettes et pour le réfectoire, une corbeille de fruit, des groseilles, une branche de cerises. Le pastel traduit l’essentiel, c’est une technique directe et spontanée. Il n’y a pas d’élément intermédiaire et étranger entre la main, solidaire du bâtonnet de pastel et le support. Le fait de s’exprimer directement en travaillant la matière veloutée avec les doigts procure une sensation agréable. Un travail littéraire, en parallèle, autour de choix de textes, écriture de poèmes, phrases poétiques a été mené avec les résidents pour agrémenter ces tableaux et donner un fil conducteur à l’ensemble.

Tout au long de ces années, ces ateliers de dessin ont resserré les liens lors de mes visites pour voir ma maman,qui est résidente dans cet établissement. Ce sont des « bonjour! », des bises, des « comment vas-tu ? » et « c’est quand que tu reviens pour le dessin ». Lors d’une séance, l’épaule en écharpe, certains m’ont questionnée, ils étaient inquiets. L’atelier suivant, ils ont pris tout de suite de mes nouvelles et je sentais n’être plus qu’une simple intervenante. Comme ce moment est agréable, certains personnes viennent juste comme observateur et demandent s’ils seront les prochains à pouvoir jouer avec les couleurs.  A ce jour, les ailes « Jonquille et Coquelicot » sont terminées : couloirs, réfectoire et coin repos. Au printemps, les tableaux seront accrochés sur ces unités de vie. 2018 est consacré aux ailes « Marguerite et Violette ». Les résidents pourront admirer tous les jours le travail accompli, laissant une trace, une empreinte de leur passage, à travers ces tableaux qui ne sont plus de simples tableaux mais surtout leurs œuvres. – Isabel Maïna –  www.maina-isabel-artiste.com